top of page
  • Photo du rédacteuromsac actualités

Mourad MAZAR : La lutte contre la corruption, un impératif pour un avenir juste et transparent



À la demande des étudiants de l'Institut de hautes études internationales et du développement à Genève, Monsieur Mourad MAZAR, président de l'OMSAC, s'est engagé dans un débat instructif sur la lutte contre la corruption. Voici un aperçu de ses contributions et des discussions fructueuses qui ont marqué cette rencontre.


Étudiant 1 : Monsieur MAZAR, nous sommes honorés de vous accueillir aujourd'hui pour discuter d'un sujet aussi crucial que la corruption. Pour commencer, pourriez-vous nous donner votre définition de la corruption ?


M. MAZAR : Bonjour à vous tous, c'est un plaisir d'être ici. La corruption est un problème complexe et omniprésent qui touche de nombreuses sociétés à travers le monde. En termes simples, il s'agit de l'utilisation abusive du pouvoir confié à quelqu'un en vue d'obtenir un avantage personnel, souvent illégitime. Cela peut prendre différentes formes, du pot-de-vin à la fraude électorale en passant par le favoritisme et le trafic d'influence.


Étudiant 2 : Merci pour cette définition. Pouvez-vous nous en dire plus sur les différents types de corruption que l'on rencontre ?


M. MAZAR : Absolument. La corruption peut se manifester de différentes manières, notamment dans le domaine politique, où les politiciens peuvent abuser de leur pouvoir pour des gains personnels. Il y a aussi la corruption administrative, qui concerne les fonctionnaires et les services publics. Dans les deux cas, cela mine la confiance du public dans les institutions et sape la démocratie.


Étudiante 3 : Comment mesure-t-on la corruption, et quelles sont ses conséquences ?



M. MAZAR : La corruption est souvent mesurée à l'aide d'indices tels que l'Indice de Perception de la Corruption (IPC), qui évalue à quel point la corruption est répandue dans un pays. Ses conséquences sont dévastatrices, tant sur le plan économique que social et politique. Elle détourne des ressources précieuses, décourage les investisseurs et alimente les inégalités, entre autres.


Étudiant 4 : Comment pouvons-nous lutter contre la corruption de manière efficace ?


M. MAZAR : La lutte contre la corruption nécessite une approche multidimensionnelle. Elle passe par la mise en place de cadres légaux solides et d'institutions anti-corruption, mais aussi par des initiatives de sensibilisation et de prévention. Il est essentiel d'impliquer tous les acteurs de la société, y compris les gouvernements, la société civile et les individus.


Étudiante 5 : Pourriez-vous nous donner des exemples de pays touchés par la corruption ?


M. MAZAR : M. MAZAR: Certainement. En Afrique, par exemple, la corruption est parfois plus répandue que les vendeurs de téléphone portable dans les rues de Lagos. Au Moyen-Orient, en Asie et en Europe également, nous constatons des cas de corruption qui sapent la confiance des citoyens envers leurs dirigeants et compromettent le développement économique et social de ces régions. En Amérique latine, elle peut être aussi courante que les tacos un mardi soir à Mexico. Ces exemples illustrent l'ampleur du défi auquel nous sommes confrontés.


Étudiant 6 : En conclusion, quel est votre message pour un monde sans corruption ?


M. MAZAR : Mon message est un appel à l'action. En reconnaissant les effets dévastateurs de la corruption et en travaillant ensemble vers une plus grande transparence, responsabilité et gouvernance éthique, nous pouvons œuvrer pour un monde où l'intégrité l'emporte sur les pratiques illicites. Ensemble, construisons un avenir plus juste et équitable pour tous.


Étudiant 7 : Merci beaucoup, Monsieur MAZAR, pour cet échange instructif et inspirant sur un sujet aussi crucial.


M. MAZAR : Même si un monde sans corruption semble être un rêve lointain, nous devons continuer à œuvrer ensemble vers un monde plus honnête et juste. La lutte contre la corruption nécessite des efforts concertés de la part des gouvernements, de la société civile et des individus. En reconnaissant les effets néfastes de la corruption et en œuvrant en faveur d'une plus grande transparence et responsabilité, nous pouvons aspirer à un avenir où l'intégrité prévaudra sur les transactions illicites.



Je tiens à remercier chaleureusement les étudiants de l'Institut de hautes études internationales et du développement à Genève pour leur engagement et leur intérêt pour ce débat crucial. Leur passion et leur détermination à comprendre et à lutter contre la corruption sont des sources d'inspiration pour nous tous. Ensemble, nous pouvons créer un avenir meilleur et plus juste pour tous.


Département presse & médias de l'OMSAC

Comments


bottom of page