Rechercher
  • omsac actualités

Marche blanche contre les jeux dangereux : Message du Président de l'OMSAC Mourad Mazar



Parler aujourd’hui de jeux dangereux montre la difficulté de rester

vigilant à la maison comme à l’école. Ces jeux se dissimulent sous un

nombre incalculable d'appellations différentes : jeu du foulard, de la

tomate, du cosmos, du rêve, du coma, du rodéo, du pendu !!!


Ce sont les plus dangereux selon certaines sources, plus de 300

victimes y seraient liées au cours de ces dernières années. C'est dans

l'apprentissage de la citoyenneté, du respect d'autrui que le jeune, dès

le primaire, peut comprendre comment se prémunir de tels risques.

On dénombre trois grandes catégories de jeux dangereux : les jeux de

non-oxygénation, les jeux d'agression et les jeux de défi. Dans les cours

de récréation, mais aussi à l’extérieur, les «jeux» dangereux et les

pratiques violentes constituent un phénomène inquiétant. Ces pratiques

doivent faire l’objet d’une vigilance accrue. Plus que jamais, l’école doit

faire en sorte qu’à toutes les étapes de leur scolarité les élèves

prennent conscience de ce qu’est un comportement à risques.


La prévention et la lutte contre les jeux à risques doit être une

préoccupation à long terme de l'éducation nationale dans tous les pays

du monde afin de prendre en compte toutes les dimensions de la

construction identitaire de l'enfant et de l'adolescent en milieu

scolaire.Les Associations des parents d'enfants accidentés par les jeux

dangereux ont suggéré aux différents gouvernements de lancer une

campagne de prévention active contre les jeux d'agression ou de non-

oxygénation (jeu du foulard, rêve indien, catch...).


Les gouvernants doivent aussi s'appuyer sur les organisations et

associations, pour sensibiliser élèves et parents, et former les

personnels sociaux et de santé à l'accompagnement des victimes de

ces jeux. Pour information, Depuis octobre 2000, en France le

ministère de l’Éducation nationale alerte les recteurs sur les risques liés

aux jeux dangereux, dont les pratiques d’évanouissement ludiques. Ces

recommandations ont été confortées par la loi N°595 du 8 juillet 2013

de refondation de l’école de la République.


Les associations pour lutter contre les accidents dus à des jeux

dangereux, doivent agir par l’information des parents, la formation des

professionnels et la prévention des enfants dans les classes et les

centres de loisirs. Afin de sensibiliser les élèves à la dangerosité des

pratiques dites de « jeux dangereux », les équipes pédagogiques et

éducatives sont sensibilisées et formées à la prévention et à la lutte

contre ces pratiques.


L’Organisation Mondiale de Sécurité Anti Corruption occupe une place

spécifique dans la société civile mondiale, complémentaire et non-

concurrentielle des organisations et associations de lutte contre la

pratique des jeux dangereux à l’école. Elle apporte sa contribution à

des organismes et associations existants, en tant qu'acteur de

renouvellement, de complément de soutien ou d'innovation en

respectant le principe fondamental suivant : - être utile à la société, et

défendre une juste cause.


Pour cela, l’OMSAC en concertations avec ses partenaires ont procédé

à la création du Conseil international pour la sûreté et la sécurité de

l’enfant. Ce conseil est à même d’accueillir toutes expériences allant

dans le sens des objectifs fixés par l’OMSAC.


Nous remercions les organisateurs, les partenaires et tous les

participants à cette événement international qui grâce à leurs

compétences peuvent accompagner, " Prévenir - Éduquer - Agir et Sauver "


Le Président

Mourad MAZAR






21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout