Rechercher
  • omsac actualités

Dossier Algérie - Cameroun : Quand la méchanceté devient mensonge


Il suffit de se promener sur les réseaux sociaux pour y lire des propos agressifs tenus à l’encontre de Mourad MAZAR président de l’Organisation mondiale de sécurité anti corruption (OMSAC), alors que rien de cela n’est vrai.

A cause d’individus comme Mohamed Touileb de la gazette du Fennec, lui-même plongé "dans un délire permanent", l’image traditionnelle du journaliste défenseur des libertés, garant des droits, poursuivi parce que représentant de la liberté de pensée, a été remplacée par celle de suspect numéro 1 de la manipulation de l'opinion publique.

Sauf que l’Omsac dans le cadre de son programme n’a jamais fait l’objet d’une quelconque critique par l’ensemble de la presse internationale spécialisées.


Tout cela est diffamatoire, et a vocation à salir" notre réputation avec le caractère malveillant, injurieux ou même erroné des propos cités.

Le Président de l’Omsac reste fidèle aux analyses qu’il a faites. Et d'ailleurs les événements les ont confirmées. C'est parce-que les événements les ont confirmées que certains journalistes, parlent un langage qui n'est pas très éloigné du sien, quand ils ne le recouvrent pas, voire le dépassent.


Et c'est évident qu'à partir de ce moment-là, il est normalisé, puisque tout le monde parle comme lui.


Les accusations des pseudos journalistes aurait dû faire l'objet d'une discussion honnête et d'une preuve. A défaut, il s'agit d'une injure.


Ainsi, en exposant de manière évidente les excès de « liberté d’expression » mal contrôlés, le président retournera l’arme de la communication contre les journalistes agissant sans conscience.

Étant précisé que le Président Mourad MAZAR représentant une masse silencieuse d’Algériens, n’a jamais cherché à gagner de la notoriété.

L’attachement à la République algérienne, Mourad MAZAR l’a réaffirmé à chaque fois que celle-ci lui paraissait menacée.


L’analyse qualitative des propos des pseudos journalistes, permet de cerner les figures de détestation et de rejet, ainsi que les niveaux d’intensité de ces messages haineux.


D’où la vision de la société et de l’action de l’Omsac, développée par les pseudos journalistes suscite questions et critiques.

Pour notre part, nous considérons les quotidiens la gazette du fennec, DZ-Foot et leurs semblables comme des entreprises de démoralisation " incitant quotidiennement à des sentiments de révolte.

Compte tenu de la gravité des actes invoqués, notre département juridique ne se laissera pas faire face à ce dénigrement qui consiste à jeter publiquement le discrédit sur l’Omsac et son président dans le seul but de nuire .


P/ L'OMSAC

Le Département juridique

801 vues0 commentaire